Vincent Message 2

–John F. Kennedy School–

 

Les hommes se tuent- ils tuent le monde,

Ils se détestent- petits ou grands.

Ils n’aiment rien et oublient,

Comment on peut écouter les cris.

Les cris de la peine- les cris d’isolement,

Ils travaillent toujours mais rien ne suit de ce qu’ils font.

La dévastation leur donne une bise,

Et alors on réalise,

Ces monstres sont qui nous sommes.

Le peur est la sœur de la haine,

Et la haine est la mère d’un homme.

(P.3, L. 24)

 

von berlin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Hinterlasse eine Antwort

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind markiert *

Du kannst folgende HTML-Tags benutzen: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>