.

La littérature est un commentaire sur le monde, dans la mesure où elle fabrique des réalités. Et l’événementiel littéraire est la clé de ces microcosmes. Dans une société en mutation celui-ci doit sans cesse se remettre en question pour rester vivant. L’expression “lecture avec verre d’eau”, où l’auteur se tient sur l’estrade et les auditeurs dans le public, impose des frontières spatiales et suppose une hiérarchie dans la communication: auteur, modérateur et public se voient assigner des rôles fixes. L’auteur est considéré comme l’autorité relative à l’explication de son texte ; la souveraineté de son interprétation se veut la plupart du temps incontestable. En règle générale, le spectateur de la lecture reste ainsi un auditeur passif dans une situation spatiale frontale. Les enchaînements et rôles prédéfinis rendent le déroulement concret de la lecture totalement prévisible. Toutefois, des dysfonctionnements constructifs peuvent justement provoquer des moments de dialogues personnalisés, dans lesquels la littérature commence à opérer.

.

Concrètement, à quoi pourrait ressembler aujourd’hui une telle médiation littéraire vivante? Quelles images pourraient survenir, qui transmettraient la fascination esthétique pour l’objet ‘littérature’ ? Quels potentiels dans la représentation externe de la littérature pourraient ainsi être mis en valeur ? Et comment, dans la métropole culturelle qu’est Berlin, une telle médiation littéraire pourrait-elle en même temps avoir un pouvoir d’intégration, si elle veut gagner de nouveaux lecteurs et les intégrer dès l’âge scolaire en tant qu’acteurs majeurs dans la vie culturelle diversifiée et internationale de la ville ?

.

Le titre « ¿comment! – Lire c’est écrire c’est lire » questionne en français le “comment?” et exige en même temps de l’anglais un “commentaire!” comme possibilité de dialogue avec le texte littéraire. Des auteurs contemporains de langue anglaise et française non encore découverts en Allemagne, chacun choisi par un auteur berlinois, seront présentés pour la première fois au public allemand, en ceci que leur prose ou poésie sera commentée lors de lectures et que ces commentaires seront diffusés. Les lecteurs professionnels allemands – traducteur, acteur, critique littéraire, lecteur, scientifique, écrivain, rédacteur de magazine littéraire, éditeur – et les élèves travaillant en petits groupes laisseront leurs commentaires comme traces visibles d’un dialogue personnel avec le texte, et ce sous forme écrite ou, en fonction du besoin et de la tendance des élèves, sous forme sonore ou visuelle/filmique. Ces commentaires seront alors publiés sur le site du projet sous la forme d’un blog.

.

Les interprétations inscrites dans le texte, provenant du traducteur, de l’acteur lisant, etc., qui attirent déjà l’attention du public dans de nombreuses lectures, seront ainsi érigées explicitement en suppléments du texte original. L’irruption de commentaires à plusieurs voix relativisera la souveraineté de l’auteur, la remettra peut-être même en cause. Ainsi se formeront des sillons dans le texte qui frayeront des chemins vers le public. Ici une explication analytique, là une opposition provocante, parfois une suite créative, ou encore une remarque critique ; les commentaires formeront en marge du texte des carrefours discursifs, des voies de dépassement et des impasses qui inviteront le public à les suivre ou bien, à son tour, à les contester.

.

Les commentaires des lecteurs, professionnels comme élèves, se trouveront à égalité avec l’auteur et le texte original ainsi qu’avec ses différentes traductions – aussi bien dans l’espace virtuel que dans le réel lors des quatre événements littéraires (qui se dérouleront en novembre 2014). En fonction de la nature du texte original et de ses commentaires, des approches interdisciplinaires seront utilisées lors de chaque événement littéraire, chacun représenté par un auteur berlinois. Ces différentes approches expérimenteront de nouvelles situations dans l’espace et exploiteront divers moyens visuels et sonores : la lecture comme un concert polyphonique, comme une installation dans l’espace, comme une performance, etc.

.

L’événementiel littéraire vivant se manifestera ici en tant que recherche de nouvelles formes de représentation et de communication toujours en adéquation avec le texte ; en tant que questionnement formulé clairement dans le titre du projet : “comment?”.